pour reprendre confiance voici une phrase que vous pouvez répéter chaque jour
*******en tout temps, en tout lieu en toutes circonstances, tout tourne automatiquement en ma faveur au plus haut degré de perfection, dans la grâce, l'aisance, la paix, l'amour et la lumière *******


signification des maux de hanche.. pied..

La Hanche:

Elle correspond à l'articulation " primaire", basique, "mère", des membres inférieurs. C'est d'elle que partent tous les mouvements potentiels de ces membres. Elle représente aussi l'axe basique de notre monde relationnel. On la qualifie de "porte du non-conscient relationnel", le point par lequel les éléments de notre Non-Conscient émergent vers le Conscient. Nos schémas profonds, nos croyances sur la relation à l'autre et avec le monde et la façon dont nous la vivons sont somatiquement représentés ( pour ce qui est de la structure du corps bien sûr) par la hanche. Toute perturbation consciente ou non de ces niveaux aura répercussions au niveau d'une de nos hanches. Avec le bassin et la zone lombaire, les hanches sont le siège de notre puissance profonde, ainsi que celui de notre capacité de mobilité et de souplesse, intérieures et extérieures. C'est a partir d'elles que notre "être "est en relation avec le monde.

Les maux de la hanche:

Les problèmes de hanche, douleurs, tensions, blocages, arthroses...etc., nous montrent que nous traversons une situation ou le " basique" de nos croyances profondes est remis en cause. Le fait que cette articulation, qui est l'appui premier et fondamental de la jambe lâche, signifie que nos appuis intérieurs de fond, nos croyances les plus enfouies sur le rapport à la vie nous lâchent eux aussi. Nous sommes en plein dans la notion de trahison ou d'abandon, qu'elles soient de notre fait ou du fait de l'autre. S'il s'agit de la hanche gauche, nous sommes dans le cas d'un vécu de trahison ou d'abandon de la symbolique (paternelle). S'il s'agit de la hanche droite, nous sommes dans la cas d'un vécu de trahison ou d'abandon de la symbolique (maternelle).

Le genou:

C'est la deuxième articulation de la jambe, celle qui sert à plier, a se plier, à se mettre à genou. C'est l'articulation de l'humilité, de la souplesse intérieure, de la force profonde, à l'opposé du pouvoir extérieur qui donne rigidité. Il est le signe manifesté de l'allégeance, de l'acceptation, voire de la reddition et de la soumission. Le genou représente la "porte de l'acceptation". Il est le pendant, de la continuation de la hanche dont il prolonge la mobilité mais dans le sens inverse. La hanche est une articulation qui ne peut en effet plier que vers l'avant alors que le genou ne peut plier que vers l'arrière. Il signifie donc la capacité à lâcher, à céder, voire à reculer. C'est aussi l'articulation qui fait la bascule entre le Conscient et le Non-Conscient. Il représente ainsi l'acceptation d'une émotion, d'un ressenti, d'une idée qui émerge du Non-Conscient vers le Conscient, si nous sommes dans le processus de densification ou bien à l'inverse qui va vers ce Non-Conscient depuis le Conscient, si nous sommes dans le processus de libération. C'est l'articulation majeure de la relation à l'autre et de notre capacité à accepter ce que cette relation implique comme ouverture, voire comme compromis (je n'ai pas dit compromission). Il est d'ailleurs intéressant de remarquer que "genou" peut aussi s'écrire "je-nous"...

Les maux du genou:

Il est facile de déduire que lorsque nous avons mal à un genou, cela signifie que nous avons de la difficulté à plier, à accepter un vécu des arts particulier. Nous sommes au niveau des jambes, la tension est donc d'ordre relationnel avec le monde extérieur ou intérieur, avec les autres ou avec soi-même. Les douleurs ou problèmes "mécaniques" aux genoux signifient qu'une émotion, un ressenti, une idée ou une mémoire en rapport avec notre relation au monde ne sont pas acceptés, voire refusés. Il s'agit de quelque chose qui est vécu dans Le Conscient et qui bouleverse, chamboule, perturbe nos croyances intérieures et que nous refusons intérieurement. Il peut s'agir, à l'inverse, d'une émotion, d'un ressenti ou d'une mémoire qui émergent du Non-Conscient ( message du Maître Intérieur) et que nous avons de la difficulté à "accepter", à intégrer dans notre quotidien, dans notre conscient car ils y perturbent, bouleversent des" habitudes " ou des croyances reconnues et établies. Si c'est le genou droit, la tension est en relation avec la symbolique (maternelle). S'il s'agit du genou gauche, la tension est en relation avec la symbolique (paternel)

Le pied :

Il s’agit de notre point d’appui sur le sol, la partie sur laquelle tout notre corps repose et se repose pour les déplacements, les mouvements. C’est lui qui nous permet de « pousser » vers l’avant, et par conséquent d’avancer, mais aussi de bloquer nos appuis et par conséquent de camper sur nos positions. Le pied représente donc le monde des positions, l’extrémité manifestée de notre relation au monde extérieur. Il symbolise nos attitudes, nos positions affirmées et courues par heure de reconnues, le rôle officiel que nous jouons. Ne met-on pas le pied dans la porte pour la bloquer. Il représente nos critères de vie, voire nos idéaux. Il s’agit de la clef symbolique de nos appuis « relationnels », ce qui explique l’importance du rite de lavage des pieds dans toutes les traditions. Cela purifiait notre relation au monde, voire au Divin. C’est enfin un symbole de liberté, car il permet le mouvement. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard si l’on bandait les pieds des petites filles en chine. Sous le couvert d’une signification érotique et esthétique, cela permettait en fait d’enfermer, d’emprisonner la femme dans un monde relationnel de dépendance face à l’homme, en limitant son potentiel de mobilité. Le même phénomène existe d’ailleurs dans nos sociétés occidentales ou les femmes « devaient » porter des talons aiguilles pour correspondre à un certain schéma. Comme par hasard, on a pu constater que, au fur et a mesure de la « libération » de la femme, la hauteur des talons de ses chaussures diminuait. Aujourd’hui, de plus en plus de femmes, surtout dans les jeunes générations, ne portent plus que des chaussures à talons plats.

Les maux de pied :

il exprime les tensions que nous ressentons par rapport à nos positions façon monde. Il signifie que nos attitudes habituelles, que les positions que nous prenons ou que nous avons manquent de fiabilité, de stabilité ou de sécurité. Ne dit-on pas d'ailleurs de quelqu'un qui n'est pas tranquille, qui a peur ou qui n'ose pas affirmer ses opinions ou ses positions, qu'il « est dans ses petits souliers »ou, plus trivialement, de quelqu'un qui se retient ou qui est mal dans ses positions du moment, qu 'il « se sent à l'étroit dans ses baskets »? Ne dit-on pas enfin de quelqu'un qui ne sait pas quelle attitude de prendre par rapport à une situation (relationnelle), qui ne sait sur quel pied danser?. Lorsque la tension se manifeste dans le pied droit, et non la relation avec la ( mère) et lorsqu'elle a lieu dans le pied gauche elle est la relation avec le (père).